Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/07/2008

Etape 265 (15/05) – Peaje avant Santa Rosa – Station avant Juliana

Comme je suis coince ici ou 60 kilometres plus loin pour la journee, je prends mon temps ce matin. Je lis meme dans mon « lit », quand « toc, toc : ce sont les gars du peaje qui viennent faire causette. Ils racontent alors que des bus aux vitres cassees sont passes pendant la nuit et qu’il y a eu un mort a la manif … Hum … Ca ne me rassure toujours pas sur ce pays pourtant decrit si pacifique par les touristes, ce qui ne correspond decidemment pas a mon experience … J’espere au moins que ca va se calmer quand je serai avec Mathieu ou avec Marie-Laure … En attendant, je verifie les niveaux de toutes les huiles du moteur et en rajoute la ou il faut (en « glettant » ? Oui …), je nettoie le pare-chocs arriere pour y coller ma bande rouge et blande fluorescente achetee au Panama (beaucoup de voitures ont ca ici), j’entretiens mon filtre a air, bref, je m’occupe jusque passe midi …

d8b9cfc3ac8741e44a9b4cdc99d7ee09.jpg

 

761fe26e8953572677708990bfa1e7f0.jpg

Puis je reprends lentement la route apres avoir fait largement au revoir a mes copains. La file de la veille est encore plus longue, remplie de camions et de bus surtout. Je me gare en retrait, de crainte d’etre reconnu par les sorcieres vandales et voyouzes de la veille. Je reconnais des belges passer devant moi a leur accent flamand (« Kijk eens, ie komt van Waver … ») : ils disent pas bonjour. Alors c’est devenu ca les belges en mon absence ??

69f865a8b8ababd95ec9da3f619bf6bd.jpg
f9f2ea2ea6884f0445a5219ec3394b73.jpg

Apres avoir une nouvelle fois ferme la voiture avec ma sangle (he,he), je remonte la longue file a pied jusqu’aux « barricades » : c’est la fin, ils se rangent en files … indiennes (!) pour demarrer une marche, mais derriere, le bulldozer est la pour degager la route … Alors je remonte a toute vitesse vers la voiture au milieu des gaz d’echappements des camions. Il faut traverser la ville apres … la riviere : un bus s’embourbe. Les 4x4 le depassent, les autres attendront … Mais il commence a faire noir déjà et plus loin, la route est de plus en plus encombree de rochers de tailles diverses : c’est hyper dangereux alors je repere un camion qui roule a ma vitesse plus ou moins et ne lache pas ses 2 phares arriere rouges qui zigzaguent a chaque obstacle. Une heure plus tard, je trouve une station service qui m’acceptera pour la nuit. Je ne parviens pas a m’endormir, alors je fume des cigarettes par la porte ouverte …

Les commentaires sont fermés.