Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/07/2008

Etape 255 (05/05) – Avant Trujillo – Apres Trujillo

 On frappe a la porte ! C’est le gardien de nuit qui vient me dire au revoir … C’est gentil ca de me reveiller pour faire coucou … Bon, temps pour moi aussi alors … Je cherche une poubelle pour jeter mon bidon d’eau vide. Les gardiens me le rapportent plein ! Sont super sympas les gens ici … Pas eu le temps de faire 1 kilometre que la police m’arrete. C’est le gars d’hier soir qui me demande si j’ai bien dormi … Je l’ai pas reconnu, puisque toutes nos discussions se sont faites avec sa lampe torche braquee sur moi … Bon, cette fois c’est parti. Avant Trujillo, je decide de visiter Chan Chan. C’est bien parce c’est inscrit au patrimoine de l’humanite (avec une majuscule ?), parce que ca ne m’enchante pas des masses … Ouais, c’est grand. Immense meme. Tout bati en argile. Je me demande comment ca a traverse les siecles. C’est pre-inca tout de meme … (ce qui n’est pas si vieux que ca n’en a l’air : les Incas, c’est pas y a si si longtemps en fait … si j’ai bien compris les premieres explications glanees ci et la). Quasi aucun touriste, mais une armee d’archeologues au travail (ce qui me fait penser a mon beau-frere, actuellement en fouille en Syrie et qui a abandonne femme (ma sœur) et enfant pour sa passion pendant 1 mois …) … En fait une gigantesque ville monocolore sous ce ciel sans couleur …
0d4fdc45007bf139bad5e81b969fe19e.jpg
dcf52db222926b64ed1b7267e926ff76.jpg

 

Je passe mon chemin pour trouver la veritable perle de l’endroit : un Mc Do avec free internet ! L’occasion de passer a l’acte, de poster quelques articles sur le blog !! J’y reste quelques heures a boire de leur double expresso et a lire les articles angoissants du Soir sur la situation politique en Bolivie. Y vont quand meme pas commencer a se taper dessus juste au moment ou je passerai avec Mathieu ?! Quelques courses au supermarche plus tard, je reprends la route pour me perdre en ville et me retrouver … face a l’ocean. Mais je retrouve la Carreterra Panamericana et c’est parti pour une heure de route. Plein d’essence et je me degote un bivouac de reve juste a cote d’une pleine dune de sable. Ce soir je decide de dormir dans la voiture. Pour eviter le demenagement de nuit comme hier au cas ou, mais aussi pour tester ma nouvelle theorie : si c’est moi qui decide de faire comme ca, est-ce que ca paraitra plus agreable ? Bref, aujourd’hui, un petit pas dans ma culture generale, un petit pas sur la carte, mais un grand pas dans la reconstruction du blog !

3b8bfeeb1a6226e61c352e11f6578d70.jpg

Et puis, alors que je suis installe tranquillement a des kilometres de la route principale, coince entre des montagnes et des dunes, je distingue au loin une voiture qui patrouille dans ce no man’s land avec un projecteur pour inspecter les recoins. Ils m’ont loupe a l’aller … Faudra que j’eteigne l’ordi pour le retour … Ce que je fais. Et qui me permet au loin de les apercevoir, puis de les voir disparaitre … Gagne ! Ah ouais ? Et c’est quoi ces voix que je distingue alors ? Et le coup de feu ?? Hein ! C’est quoi ca Fabian ?? Ils crient qu’ils sont de la police … C’est déjà ca … Et quand je regarde dehors, je vois des bonshommes tout autour de la voiture avec leur arme pointee sur moi. Brr … J’allume, enfile mes chaussures et ouvre la porte arriere. Sais pas comment ils ont dit en espagnol, mais j’ai compris que je devais mettre les mains en l’air. En fait je crois que l’un d’eux l’a dit en anglais. Le meme sans doute qui me crie « sit down », toujours le canon du fusil vers mon corps tout frele et presque tremblant. Je tente un « soyo un turisto », mais ils ont du mal a l’avaler. « Drugs », « banditos » sont des mots qui reviennent. Ils fouillent la voiture, lisent mon passeport (a ma demande). Et pendant ce temps, je rale de savoir qu’ils m’ont trouve dans ce coin perdu. Qu’ils disent tres dangereux, je risque la mort ! Ben merde alors … Je montre ma carte du monde, le bordel sur le siege passager pour les convaincre que, oui, je suis seul (mais il y en a quand meme deux partis courir aux alentours a la recherche d’un « complice »). Ils sont surpris que j’ai(e ?) trouve cet endroit … Faut les suivre au commissariat maintenant. Et meerde ! La voiture patine dans le sable et je cale. La petite vitesse et le differentiel bloque me sortent de la. Peuvent pas en dire autant les autres et c’est bientôt 4 gars armes jusqu’aux dents qui poussent leur pick-up hors du trou. Un jeune m’accompagne alors jusqu’au commissariat a 10 kilometres de la, ou j’attends … en ecrivant tout ceci ! Bonne nuit ? Sais pas …

Les commentaires sont fermés.