Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/07/2008

Etape 248 (28/04) – Guayaquil

Debout a l’heure pour mon rdv a l’agence, je suis le premier ! Filip et Vanessa arrivent assez vite, on s’explique tres rapidos nos derniers jours parce que la, on est venus pour recuperer nos voitures, pas pour papoter ! Meme technique qu’au depart, je les laisse parlementer et me contente de tendre mes papiers quand il faut. Ca serait meme impossile de s’imposer vu la nervosite debutante de Filip (Sont tous comme ca ceux qui s’appellent Filip ?? C’est pas la premiere fois …). Alors je choisis le calme de Vanessa pour passer le temps. Le bateau est arrive, mais il faut revenir dans 2 heures pour effectuer le paiement. Je profite de ce temps pour aller me louer une chambre dans le meme hotel que mes potes des jours qui suivront, ca sera plus facile. Et puis ils ont tourne quelques heures hier pour trouver le bijou pas cher, alors je profite de leur bon plan … On se retrouve pour un petit cafe, histoire de decanter le stress et se raconter enfin plein de choses au calme … Petit tour sur la promenade d’hier soir ou on apercoit un immense vieux trois-mats (avec un geant drapeau equatorien) prendre le large pour un … tour du monde ! On retourne payer et prendre possession des papiers : on va nous (enfin … eux) appeler des qu’on pourra se rendre au port chercher la marchandise (probablement demain). Retour a l’hotel pour une petite sieste et l’attente. Dring, mon gsm sonne (il fait pas dring hein ! Il fait autre chose) : c’est la bonne femme de l’agence qui m’appelle (pourquoi moi ?!) pour me donner les instructions du jeu de pistes qui commence : aller tres vite au port et demander Mr Benitez (ou un nom comme ca … Me rappelle plus) a l’entree. Je cours prevenir mes acolytes tout decus/etonnes de ne pas avoir été appeles eux-memes (he, he …). Hep taxi pour s’y rendre … Sur place, on a beau chercher : pas de Mr Benitez. Filip attraperait bien des boutons si sa peau le lui permettait, ca commence a clacher serieux avec sa copine qui prend tout sur la tronche pour pas un balle. Je me marre de loin et commence a recolter les premiers (maigres tout de meme) avantages de mon celibat bien calme … Et en profite meme pour tendre mon epaule a la petite victime toujours aussi charmante en short (J’espere qu’ils ne vont pas lire le blog …), quel salaud je fais … De toutes facons je pige que dalle a leurs demandes en tous sens. Il insiste pour entrer, mais c’est patte blanche ici : empreinte digitale et papiers en serie et casque et gilet fluos qu’il faut louer … De l’autre cote de la barriere, on ne sait pas ou aller … Un bus nous conduit quelque part ou personne ne connait de Mr Benitez : ca avance fort nos demarches ! Apres quelques autres essais tout aussi infructueux, on trouve enfin quelqu’un qui l’appelle alors. Il fait crevant de chaud dehors, les policiers nous remplissent notre cubi d’eau emporte avec nous. Courte entrevue alors : il faut revenir demain, aujourd’hui c’est trop tard. Retour en bus tout aussi calamitant quand a l’ambiance electrique de mes 2 novices en matieres douaniere et portuaire. Je propose un cinema pour detendre le tout. Petit restau accompagne de quelques bieres ont acheve de les reconcilier pour la nuit (enfin … j’en sais rien). Premiere journee maigre de resultats …

Les commentaires sont fermés.