Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/06/2008

Etape 193 (04/03) – San Francisco – Apres Reno

Suis toujours pas sur que c’est pour ce matin. Le big boss de Sydney m’a promis que tout est regle, que si j’appelais le patron americain ce matin, il me donnerait enfin l’adresse ! Y veut pas cet enfoire !!! Il lui faut la preuve de paiement. Alors je depose mon sac a dos a la reception, je cours a la banque (assez loin), depose l’argent en cash, et demande d’envoyer la confirmation par mail a l’autre pede. Une demi-heure plus tard (de retour a l’hotel), il dit n’avoir rien recu. Je le rappelle : cette fois-ci, c’est la bonne, il me dicte l’adresse. Hep taxi (ben oui, le bus n’arrive pas et il est déjà midi) ! Le chauffeur s’appelle … Bouchez, il est suisse ! Arrive il y a plus de 20 ans pendant un tour du monde, leur … Land a casse, il est jamais reparti. A l’entrepot, la voiture est toujours dans le container : ils doivent encore aller chercher les cles a l’aeroport ! J’ai jamais vu un truc aussi foireux … Quelques heures plus tard, je suis sur le parking, occupe a monter le Maggiolina : ca va tres vite, les boulons trouvent rapidement leurs places (suffit de secouer le machin) ! Et puis quelques jeunes curieux m’accostent : ce sont eux qui se sont charges de dedouaner le container. Ils me disent que tout a été tres vite, sans probleme, qu’il n’y a pas eu de rayons X, qu’ils ont utilise une photocopie du Carnet de Passage (en fait un scan que j’avais envoye). Bref, je prefere en rire, parce qu’ils cassent tous les arguments avances par les petites frappes, les bandits, les trous du cul qui m’ont baise … Mais je suis si content de retrouver la voiture … Allez, c’est parti ! Je m’arrete a la premiere pompe pour le plein et me dirige vers le centre ville (Tiens, le GPS ne fonctionne plus) pour trouver une assurance voiture (impossible avant sans les papiers et mon permis restes dans la voiture !). AAA me refuse, mais le jeune « latino » qui s’occupe de moi telephone a un de ses amis qui a une petite agence : eux accepteront de m’assurer pour 3 mois. C’est reparti vers le Sud de la ville (faut se grouiller : ca va fermer) pour trouver un vrai mexicain qui est ravi de pouvoir m’aider. Il fait déjà sombre quand je retraverse le tout en direction du Golden Gate (faudrait une photo pour le blog). Il fait nuit quand j’y arrive (pas de photo pour le blog). Je realise tout ce que je n’ai pas visite durant cette semaine … Tant pis, c’est une nouvelle periode qui commence ! Et une course contre la montre aussi : Anne arrive dans 3 jours, a plus de 3,000 kilometres d’ici !

b665f4ead7a85ec89cdc9f5b94c2bcbf.jpg

Mais tout d’abord je pense enfin a regonfler les pneus et a me decider que je ne vais pas rester ici (meme si le lever de soleil sur le pont parait prometteur) et qu’il faudrait mieux partir déjà ce soir pour la (longue) route. De desespere, je suis passe a une joie renouvelee … Alors je roule dans le noir sur les autoroutes americaines … Je ne vois que les lignes jaunes sur le macadam et les barrieres de securite de chaque cote. Je repense a Jack Kerouac of course ! Je ne vois rien du decor, mais je suis heureux ! Au premier arret pipi, je manque de m’etaler en descendant de la voiture : je suis sur de la neige ! Ben merde alors … J’avais rien vu … Faudrait au moins atteindre Reno ce soir … Il fait caillant ! A minuit, la deuxieme ville du jeu du Nevada s’annonce sur les panneaux de signalisation. Ben, j’vais quand meme aller voir hein … Je sors de l’autoroute et penetre dans une ville deserte et illuminee a la fois. Ok, il est tard, mais tout de meme … Les neons partout contrastent avec l’opacite des casinos : on ne peut pas voir a l’interieur sans passer la porte. Alors je me gare et marche seul sur les trottoirs jusqu’au premier. A l’interieur, je me rappelle l’ambiance glauque des tapis sombres a motifs, de la fumee des cigarettes (on peut fumer ici ! Yess !), des serveuses agees en maillot de bunny mode Playboy, du bruit des milliards de machines a sous, et des tables silencieuses ou les gens jouent avec mecanismes genre societe secrete … Je ne comprends rien a tous ces differentes regles de poker a chaque table. Apres avoir traverse quelques etablissements, et sans avoir ose jouer a quoi que ce soit, je passe le cap enfin et glisse un billet d’1 dollar dans une machine ou je suis susceptible de comprendre les regles. On joue centime par centime, mais mon dollar se transforme rapidement en … 6 dollars ! Quelle joie ! Une serveuse me demande ce que je veux boire … « Un coca s’il vous plait ! » Moi, j’entame une deuxieme partie apres avoir empoche mon premier gain. Et elle revient : « je peux avoir un alcool ? Oui ? Alors un whisky svp … ». Et je transforme un nouveau dollar en quatre ! Mais c’est pas le casino ca … Faudrait que je m’assoie a une table … Mais j’ose pas. La griserie d’avoir retrouve ma voiture (et peut-etre l’effet du premier whisky ?), mais surtout la vue d’une superbe creature font grimper mon taux d’adrenaline vers des niveaux ou je me decide a enfin a franchir le pas. Apres avoir observe comment les autres font, j’achete des jetons a la croupiere et m’assieds en bout de table. Et je commence a jouer. Si bien que je me retrouve dans un etat de plenitude que je trouve dangereux. Je vous decris : moi je suis assis en bout de table, face au tapis. A ma droite : la croupiere, en uniforme, serieuse comme un agent de police sans pistolet ni matraque. A ma gauche : une magnifique blonde au decollete plongeant vers une bandante vraie fausse poitrine californienne siliconee a outrance  et genereusement ouverte a mes regards (sorry les filles, mais c’est comme ca : les hommes vous observent, vous matent et parfois meme, ils s’imaginent des choses. Desole de vous surprendre, mais faut quand meme que vous le sachiez ! … Parce que vous etes belles ! Surtout ce soir …). Et puis, autour de moi, mes whiskies (qui n’arretent pas d’arriver) a ma gauche sur le rebord, mes jetons en face sur le tapis et mon cendrier avec mes cigarettes a droite. Et je joue. Et je gagne (je perds aussi …). Et c’est le pied total !!! Si bien que je reste la des heures … Pendant ce temps, des autres arrivent, jouent, perdent plusieurs centaines de dollars et repartent vers une autre table … Quelle debauche, quelle griserie en meme temps ! Aucun malaise, j’assume me descente aux enfers. Surtout quand je decide de tout jouer en quitte ou double et que je perds tout en un instant … C’est de bonne guerre. Bon, j’ai peut-etre joue plus que ce que j’avais prevu (suis tres loin de mon dollar de depart), mais c’est pas grave. C’est tellement pas grave que je decide « de me refaire » a un autre endroit. Je joue plus gros, je gagne plus et reperds tout a nouveau dans une « derniere » tentative de quitte ou double. Mais c’est toujours la derniere quand on perd (meme si cette fois, promis jure crache, je m’etais dit que je partais de toutes facons apres cette part) … Bilan : c’est bientôt l’aube, je suis completement saoul gratos mais j’ai perdu 140 dollars … Mais qu’est ce que je me suis amuse en meme temps ! C’est meme dangereux … Faut que je parte d’ici. Je peux quand meme pas dormir en ville, ca va grouiller de monde demain matin … Alors je reprens la (auto)route pendant plus d’1 heure : il fait clair et je peux trouver un endroit a l’ecart de cette mini ville logee le long de l’axe et peuplee de toutes les marques de fast food … Au loin, les montagnes enneigees sont superbes, eclairees par le soleil naissant. Je m’en voudrais a mort de rater l’arrivee de ma sœur parce que j’ai choisi un soir de debauche alors je m’enfile une aspirine preventive, une bonne dose d’eau et j’etale mon sac de couchage en duvet comme je peux a l’arriere de la voiture et dors tout habille dans cette nuit froide.

4cafadffa6482dd211c3226bb236900a.jpg

 

 

Les commentaires sont fermés.