Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/05/2008

Etape 180 (20/02) – Honolulu – San Diego

Me suis reveille tard ce matin. Trop tard … J’ai dormi comme un ours en hiver. J’aurai pas le temps de retourner a Pearl Harbor visiter le USS Missouri ou Mac Arthur a signe la reddition japonaise, mettant fin a la deuxieme guerre mondiale. Tant pis … Il est meme presque temps que je prepare mes affaires pour quitter l’endroit. Douche, bagage, check out, shuttle jusque l’aeroport, inspection des bagages par le departement de l’agriculture (je vous le dis : la Russie, c’était easy). Low cost a l’extreme : il faut proceder a son check-in soi-meme, peser son bagage et coller l’autocollant d’identification … J’espere que mon sac arrivera au bon endroit. Je n’en reviens toujours pas d’etre a … Hawaii et de devoir partir si vite … Mais bon, j’ai prevu depuis le depart de passer par San Diego dire bonjour a Emilie et la voiture est censee arriver bientôt … Je regarderai les differentes iles par le hublot : oui, une randonnee par ici devrait etre sympa. Ce sera pour une autre fois … En quittant l’avion, j’en profite pour leur piquer une couverture « Hawaiian Airlines » (je l’ai toujours et l’utilise souvent). La nuit est déjà tombee sur San Diego et ma chevalerie aupres de Mille (Non, ne viens pas me chercher, je me debrouillerai bien tout seul) commence a prendre serieusement du plomb dans l’aile des que je sors de l’aerogare … Bon, je craque : « Mile, tu viens me chercher ?! ». Encore heureux que j’avais note son numero de telephone … Je ne m’attends pas a ce qu’elle debarque de suite et, de fait, j’ai le temps de vider mon paquet et de voir l’aeroport se deserter quand je distingue sa silhouette. Putain, ca fait longtemps … On essaie tous les deux de se rememorer la derniere fois qu’on s’est vus. On est tous les deux vraiment contents de se voir, on a tous les deux des tas de choses a se raconter ! On roule bien 20 minutes dans le noir (c-a-d que je ne sais absolument pas ou on est !) pour arriver dans un de ces complexes multi-appartements autour de la piscine, bref, l’idee que je me faisais de la banlieue californienne. C’est le bordel total : elle vient de demenager. On parle encore tard avant d’aller dormir (je comprends pas : elle est censee travailler demain !).

Les commentaires sont fermés.