Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/05/2008

Etape 157 (28/01) – Melbourne - Hobart

Le bus pour l’aeroport est super tot a nouveau (oui, je m’exprime mal : en fait c’est l’avion qui est super tot !!) : c’est la loi des low-cost … A ce prix la, ca ne me gene pas. Du coup il n’est meme pas midi que j’ai déjà atterri, pris le bus vers le centre ville et me suis degote une sympathique auberge de jeunesse. Mais cette fois, c’est chambre seule s’il vous plait ! Y’en a plus ? Ben tiens … A mon arrivee a la reception, 3 (tres) charmantes jeunes filles sont de service. Celle du milieu est occupee. Il y a celle de gauche, sans doute le boss, assez impressionnante (pas physiquement, plutot le caractere, genre … Nath), ou bien celle de droite plus jeune, plus accessible, un peu baba cool. J’hesite tellement que je me fais depasser. Ce sera celle de droite alors … Si je raconte ca, c’est que cette arrivee m’a bouleverse … Bon, dans ma chambre je me retrouve avec 2 japonais qui sont scotches dans leur lit a midi a ecouter leur walkman (c’est ca aussi les backpackers ! Dans la salle commune, une quinzaine de permanents passent l’apres-midi a regarder des videos). Moi, je pars faire un tour en ville aller acheter … une bonbonne de gaz (ils m’ont pris la mienne a l’aeroport ! Ben oui, je comptais faire le voyage en ferry …) : pas trouve, c’est lundi ferie de je ne sais pas quoi, tous les magasins sont fermes … Hobart est une tres charmante petite ville situee au bord de l’eau, avec un port et des beaux yachts ou des bateaux militaires ou meme le « Rainbow Warrior » de Greenpeace qui s’en revient d’avoir été chasser les chasseurs de baleine sous les acclamations du (petit) public venu les accueillir … Les anciens entrepots sont transformes en cafes et/ou restaurants. Moi, je retourne m’installer a la terrasse de l’auberge pour attendre la nuit et le depart demain a l’aube pour ma randonnee. Une grande apprehension tout de meme : dans quel etat je vais etre ?? Faut aussi regler le bus et reserver ma nuit de retour, mais j’ai le temps, je ferai ca plus tard … Alors je poursuis ma lecture interessante du moment en grillant une bonne petite clope et en sirotant un cafe quand un couple sort me rejoindre : la gerante et un anglais fort en verve qui s’installent a ma table. Il est hillarant (bon, il parle tout seul, mais son show est de bonne qualite) et elle le lui rend bien … « What are you reading ? ». « Political and Economical History of Belgium » … Evidemment, ca le fait pas vraiment, je passe pour un pseudo-intellectuel pas du tout a sa place au milieu de ces eclats de rires (voire un vrai nerd) … Et puis on se retrouve a plusieurs alors j’abandonne ma lecture et en profite pour me moquer gentiment de l’anglais sans qu’il s’en rende compte. Moi, ce qui m’interesse, c’est de faire rire sa partenaire : je peux pas supporter que ce mec debarque et se tape la (de plus en plus belle) gerante !! Ca serait trop fort ! Les premieres bieres arrivent sur la table … Et bientôt, on a vide la reserve de l’auberge avant la fin de l’apres-midi. Alors, devant les hesitations de chacun, j’empoigne mon anglais par le bras et lui dis de me suivre : on va aller en acheter nous-mêmes ! Renee nous accompagne … Et la soiree se poursuit de plus belle a fumer et boire et rigoler. Ca fait enormement de bien. Les gens passent, restent, bougent et puis bientôt je me retrouve avec sa tete sur mon epaule … Dans ces conditions, moi je reste. Et tant pis si demain je dois partir avant l’aube … Et quand on n’est plus que quelques uns derniers alcooliques du moment et qu’elle se leve decidee a aller dormir dans son appartement situe juste de l’autre cote de la fenetre, j’attends les quelques secondes necessaires a vaincre mon hesitation et plante mon anglais au beau milieu de sa phrase : « I’m off to bed » … Je rentre a mon tour dans le batiment. La porte interieure de l’appartement s’ouvre alors : elle m’attendait … La porte se refermera peu de temps plus tard, mais …

Moi je titube jusqu'à mon lit … et met le reveil pour dans quelques heures plus tard …

Les commentaires sont fermés.