Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/01/2008

Etape 133 (04/01) – Urandangi – Alice Springs

51ad48682ea0a351772c283cd3468c58.jpg

 

Je me lève à l’aube. Je veux dire, vraiment à l’aube. Je vois le ciel rougir puis le soleil se lever … Mais faut que je parte d’ici. Toute la nuit, j’ai rêvé de fermiers en fureur qui me pourchassaient parce qu’une de leurs stupides machine à lait est venue se jeter sous ma voiture, sans doute désespérée de ses conditions de travail sous cette chaleur et déprimée du manque de réseau social dans ce désert …

d7b9b3bfec85c0251b0a7f23c50b0602.jpg
cc64f4f5b5a268f15c09a57c8eb35b8b.jpg

 

Alors je veux démarrer le plus tôt possible … De toutes façons, ce sera une très longue étape de pistes aujourd’hui. 500 kilomètres de désert avant de retrouver le goudron … Moi, je préfère la lumière su soir que celle du matin … Plus photogénique je pense … Et je pense beaucoup ! Parce que comme à chaque fois que je suis hors des routes, je suis également hors musique CD qui saute tout le temps et donc dans le silence le plus complet et harmonieux de mon 2.5 ltrs diesel … A quoi je pense j’en sais rien, mais certainement pas à cette variante de l’histoire qu’on appellera aujourd’hui « Paf, le pneu » … Et meeeerde ! Ca sent la vengeance de la mère vache pour ce que j’ai fait hier soir.

82bca57c58b0b2c7f7888c84717a4f2d.jpg

 

De la vache qui doit bien rire maintenant de me voir suer comme un fou sous ce soleil écrasant à essayer de défaire mes boulons les uns après les autres, utiliser le cric (correctement cette fois, plus comme au Kazakhstan), préférer le pneu sur le toit à celui sur la porte arrière parce que celui-là, je parviens pas à défaire les boulons qui sont trop serrés, mettre la cale du mauvais côté de la roue et voir la voiture s’avancer quand je retire celle qui est crevée, ce qui met en équilibre incliné et hautement instable le cric qui supporte mon pauvre Def maintenant cul-de-jatte … Et j’ai soif … Et l’eau est chaude … Et je sue … Et j’essaie surtout de rester calme. De faire les choses avec méthode. Puis de regonfler le nouveau pneu grâce à mon compresseur acheté quelques jours plus tôt (malin ça Fabian !). Je suis quand même à 150 kilomètres de la première maison ! Pfff … Ca m’a bien pris plus d’une heure. C’est pas juste un pneu crevé, c’est une lourde roue, sous une lourde voiture, par une très lourde chaleur, pour une lourde et basse vengeance d’une vache qui a perdu son petit la veille … Mesquin !

5919f4bae0ebe2b53286423b7bf7d69a.jpg

 

J’ai tout juste 30 kilomètres à rouler avant de vous raconter une troisième histoire … Celle de « Paf, le pneu de droite qui a vu son voisin de gauche exploser avant lui » … Je vous la raconte pas, vous la connaissez déjà sans doute. En tous cas, elle ressemble furieusement à celle que je viens de raconter plus tôt. Avec comme variantes : cette fois-ci, je dois bien y arriver à défaire ces satanés boulons rejetés la fois précédente. Pas de pierre pour mettre sous le cric. Je décide alors de concrétiser quelques chose qui me turlupine depuis quelques semaines déjà (depuis le départ presque …) : je vais les utiliser ces si lourdes plaques de désensablement (comme ça elles auront servi à quelque chose) pour les abandonner ensuite au bord de la route après les avoir exploitées … Et ça marche !

e01d5e92fe24ebb13af8bf2e00331c92.jpg

 

Mais maintenant je suis stressé à mort … Il me reste 350 kilomètres de piste et je n’ai plus de roue de secours et je ne sais pas si je me suis trompé dans la pression de mes pneus (ce qui expliquerait ce phénomène rare de 2 crevaisons dans un si court laps de temps … Ou bien c’est la vengeance de la vache … Ou une punition de Dieu (et voilà comment les religions et autres superstitions commencent …)).

5972494dd5a14e3b728eb2f93c1f78db.jpg
49b5d614130dc2e3ef214d08798c8791.jpg

 

J’avoue avoir tourné le plaisir de la conduite dans ces décors somptueux en petit trac de l’aventure … 200 kilomètres plus loin, il y a une ferme qui offre des boissons. Je raconte au gars mon aventure et il m’annonce qu’ils ont le matériel pour réparer les pneus. Super ! Quelle chance ! Ouais … quelle malchance plutôt quand il m’annonce que les pneus sont gravement atteints et non réparables … « Problème de pression ? » que je d’mande … « Non, celui-là est déchiré sur le côté, ce qui indiquerait une pression trop basse. Et celui-ci sur l’arrête, ce qui indiquerait une pression trop forte. Non, vos pneus, c’est des jouets, c’est tout … ». Il cherche bien dans son stock quelque chose qui aurait la même dimension, mais vraiment rien … Alors je lui demande de tout de même coller une rustine sur un des deux, au moins juste pour me rassurer … Et je termine mon chemin de croix de piste jusqu’au macadam …

7e409786885913e616b99f72ac53bca6.jpg

Ca va mieux tout à coup. J’ai même croisé l’une ou l’autre voiture, ce qui indique qu’il y a de la vie par ici … Et c’est bientôt la grand route, dernier tronçon de 50 kilomètres avant Alice ! Sur le bord de la route, une voiture a le capot relevé. Je m’arrête. « Z’auriez pas de l’eau ? ». Ah si, j’en ai plein, mais elle est chaude. Vous pouvez tout avoir … A peine versée dans le radiateur, elle bouillonne déjà. Bon, ça le fera pas. « Allez, je vous emmène jusqu’Alice » … Le vieux donne r-d-v à sa fille par téléphone au … Mc Do ! C’est pas un signe ça ?! Hé, hé la vache … Après avoir tué ton petit hier soir, je vais manger ta sœur aujourd’hui …

Et me trouver un camping pour la nuit …

Commentaires

En survolant à 1.500 m d'altitude la région entre Urandangi et Alice Springs, j'ai trouvé la région assez désertique et la terre fort rouge. J'ai même vu un patelin nommé Cloncurry qui a enregistré un max de t° de 53,1° C le 16-01-1889. Fais gaffe de ne pas cramer, car on approche cette date. Il faisait, à cette heure, à Alice Springs "Sunny" - Tiens, chez nous ce n'est pas ça en ce moment - et le Hg indique 41 °C. Observe qu'une telle température augmente vachement la pression des pneus ... Je sais que mon propos est "vache", mais il y a pis.
Communique-nous ta prochaine étape pour qu'on puisse la visualiser et te communiquer l'éventuelle transhumance des veaux et de leurs autres congénères. Cela en vaut sans soute la peine et te fera économiser des "Tires" aux flancs, si tu vois ce que je veux insinuer "Exccccalvatore".

Je t'embrasse.

Papa

Écrit par : Papa | 09/01/2008

TOUJOURS PAS VEGETARIEN AVEC TOUTES CES AVENTURES ?

Écrit par : ANNE | 11/01/2008

Grâce à tes parents, j'ai eu accès à ton blog
Et parfois en le lisant, sur un événement, je bloque
Découvrant de tous les jours cette extraordinaire aventure
Que tu gères et dont tout le suivi, tu assures
Me mettant, sur ces pays inconnus, à rêver
De tous ces paysages que je tente d'imaginer
Pour l'instant l'Australie, qui n'en a un jour rêvé?
Est-ce si merveilleux ou est-ce galvaudé?
Tu nous raconteras lorsque tu reviendras,
Le plus impressionnant de ce que tu vis pas à pas.
Mais hier déjà, on était au nouvel an
Et ton tour du monde durera encore bien un an !
Alors, dans ta découverte du monde et de toutes ses couleurs
Profite chaque jour de mille petits bonheurs
Nous revenant ici à Grez, encore tout émerveillé
Des souvenirs que tu auras pu, jour après jour engrenger.
Bonne année Fabian! Poursuis ton aventure
Ici, je pense à toi, très souvent, c'est vrai, je te l'assure.
Ta maman m'a aidé à t'envoyer ces quelques mots, rédigés
Dans l'espoir de te transmettre ainsi toute mon amitié.

Gilberte

Écrit par : Gilberte de Grez | 20/01/2008

Les commentaires sont fermés.