Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/01/2008

Etape 128 (30/12) – Cairns – Great Barrier Reef - Cairns

Qu’est-ce que j’ai mal dormi !

Mais aucun policier n’est venu m’arrêter. Et maintenant, j’ai l’air tout con à la lumière du jour avec ma voiture garée n’importe comment. Comme il ne pleut plus, je la réinstalle plus docilement entre les lignes blanches. Et je prends le pari qu’elle pourra passer la journée comme ça sans être noyée malgré les nuages gris toujours au-dessus de nous. En fait je me suis levé trop tôt. Alors je prépare bien gentiment mon sac pour la journée, enfile mon maillot de bain que je retrouve plein de poussière mongole ou kazakhe, tente de payer le parking (mais échoue dans le maniement éminemment technique et me retrouve avec un ticket valide jusque mi-journée que j’installerai à l’envers derrière le pare-brise) et pars me balader dans le port regarder les bateaux. Je repère le mien et attend un peu pour ne pas être le premier à bord … Première mauvaise surprise : il y a une taxe supplémentaire à payer ! Ca m’énerve moi ce genre de truc de dernière minute !! Mais cool, il n’y a pas beaucoup de monde. Ca doit être le mauvais temps qui a découragé certains. En fait non. Ils sont plutôt retardataires (ou bien c’est moi qui suis à l’avance pour une fois), et le bateau se remplit bientôt d’une trentaine de touristes. Une dernière cigarette à quai (parce qu’il est interdit de fumer au grand air !!), l’occasion de papoter avec une fidèle amie fumeuse (oui, il y a toujours un autre fumeur dans ces cas là et la solidarité s’installe très vite), puis le petit déj’ promis qui se résume à une couque rassie et un café infect (oui, j’exagère, mais c’est pour montrer que je la sens pas moi cette journée) et c’est parti … On distribue des médicaments pour ceux qui auraient le mal de mer … Et 10 minutes après être parti, on annonce qu’on vient de recevoir le dernier bulletin météo, que le temps est très mauvais, que ça bouge beaucoup et qu’on va plutôt aller sur une île un peu plus proche … Je bouillonne de rage !

Et de fait les vagues sont très creuses. Celles, nombreuses, qui les regardent de près, la tête penchée par-dessus bord, occupées à se vider l’estomac du petit déjeuner peuvent l’attester. Moi je suis installé à l’arrière au milieu du bateau, là où ça bouge le moins. Et comme ça pendant plus de 2 heures ! Au loin, une île qui devrait être paradisiaque en conditions normales (eau turquoise, plage et palmiers et tout le reste, c-à-dire surtout rien d’autre). C’est là qu’on se rend. Ou plutôt à quelques centaines de mètres de là qu’on jette l’ancre. Un Zodiac fera la navette toute la journée pour ceux qui veulent. Mais le pneumatique aussi a bu la tasse et ne veut pas démarrer. On distribue les palmes, masque et tuba. Et combinaison intégrale aussi. Parce que les méduses ici sont nombreuses et pas gentilles (certaines mortelles) … Et plouf dans l’eau ! Pendant une petite demi-heure, je crache l’eau salée qui rentre dans le tuba (ben oui, y’a des vagues quand même) et essaie de m’émerveiller devant les quelques poissons fluorescents qui passent devant les cailloux aux formes bizarres qui sont en fait les fameux coraux de la Grande Barrière. C’est bon que je me répète que je suis dans un des plus beaux endroits du monde parce qu’aussi non … Et puis je sursaute à chaque méduse que je croise (ce qui me donne droit à une mini tasse à chaque fois). Je remonte à bord et m’intéresse plutôt aux livres posés sur la table du mess. C’est décourageant d’alterner les regards entre les magnifiques photos et par delà le hublot. Mais je m’instruis quand au processus de formation de cette particularité géologique/botanique/animalière. Et découvre qu’on est en fait à un bel endroit de la barrière, même s’il ne s’agit pas de cette muraille qui plonge dans l’océan (plutôt un atoll) … Repas copieux et très sain à midi. Comme tout le monde est en couple genre voyage de noces, il est difficile de sympathiser. Et comme je ne suis pas une sulfureuse blonde aux gros nichons (je répète à Clothilde et Marie-Laure que c’est un cliché que j’utilise), je ne me fais pas draguer non plus … Mais je sympathise juste assez tout de même avec un des G.O. pour qu’il m’indique que si je vais sur le troisième pont tout en haut (interdit d’accès), je serai à l’abri des regards du capitaine et pourrai tranquillement prendre une petite dose de nicotine innocente … Sieste au soleil sur le deck supérieur, puis re-« plongée » d’une demi heure (« snorkelling » en fait). Et puis on rentre … Et je n’ai même pas pris une seule photo …

194141e7262844948d0bf5f0a258bb80.jpg

J’ai du rester trop longtemps au soleil parce que je découvre mes 2 jambes aux couleurs du Standard un soir de victoire (bon, j’essaie d’imaginer …). A quai, je découvre même qu’il est douloureux de marcher ! Aah, il est beau celui-là ! Et tellement inélégant … Rouge devant, blanc derrière … Un peu comme dans Friends quand Ross essaie le banc solaire … A l’arrivée, je panique à l’idée de retrouver ma voiture  inondée ou bien à la fourrière. Petit tour chez internet pour prendre quelques nouvelles (suis devenu accro ces derniers temps) et je pars à la recherche d’un endroit pour dormir … La tenancière commet cette erreur de me dire de payer demain seulement …

Mes jambes sont cramées, impossible de me coucher comme je le sens : ce sera sur le dos et pas bouger ! Doit bien y avoir une crème quelque part dans la pharmacie, mais comme je ne suis pas sûr, je m’évite une possible déconvenue et me dit que ça ira mieux demain …

Les commentaires sont fermés.