Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/12/2007

Etape 109 (11/12) – Saigon – Can Tho

Et c’est reparti pour 4 étages (dans l’autres sens cette fois-ci) pour déposer mes sacs à la réception de l’hôtel : « Je viens les rechercher demain » …

Un sacré bon petit déjeuner avec des œufs dans le café d’en face et ma journée peut commencer. A la lumière du jour, je ne retrouve plus les loueurs de mobylette repérés la veille. Pas grave, c’est quand même tous les mêmes … « Non, vous n’aurez pas mon passeport pour caution », « Ah, bon, il n’y a pas d’assurance ?! », « Oui, oui, bien sûr que je vais le porter votre mignon casque turquoise … », « Il est où le frein arrière ? », etc … Et c’est parti !

Mon Dieu qu’ai-je fait ? Suis-je inconscient ou quoi ? Et comment font-ils, eux tous ? Et puis cette réflexion tellement machiste que je vais encore perdre une bonne partie de mes lecteurs (lectrices dans ce cas) : « si cette fille sait le faire, moi aussi !! » … Il faut vraiment une sacré dose d’inconscience ou alors avoir fumé un bon joint pour ne pas … perdre les pédales. Il y en a partout, il en vient de partout, il en va également partout, c’est roue contre roue et gare aux pieds qui dépassent … Et puis pas facile de gérer les accélérations de cette machine … Alors au prix d’une concentration extrême, je poursuis pendant plus d’une heure pour sortir de la ville et de la foule … Heureusement qu’il y a mon GPS pour m’indiquer où se trouve le Sud (en fait, si je me souviens bien, je n’avais pas mon GPS à ce moment) ! Je n’aurais pas retrouvé cette heureuse sensation d’être sur un jeu de piste géant et de chercher mon chemin par moi-même à la découverte de je ne sais pas encore quoi, j’aurais fait demi-tour. Mais les cheveux au vent (et où qu’il est le casque alors ?), dans cette chaleur des plus agréables, je profite pleinement de cette « liberté » retrouvée … Je suis sans doute déjà perdu, mais je m’en fiche complètement … Ah ben non, c’est la grand route qui doit aller vers le premier marché flottant qui part là devant moi … Une fois je demande mon chemin. Mais - est-ce moi qui prononce mal ou bien le gars a-t-il un système de navigation intégré genre oiseau migrateur qu’il est incapable de partager ? – je conclus que je me débrouillerai seul, malgré le manque d’indications, de panneaux sur les routes … Et puisque qu’il y a des camions et d’autres bus qui me frôlent à présent, j’enfile ma protection bleue sur la tête. Et zou ! Ou plutôt : et Brrr ! ma mobylette. Peux pas dépasser les 70 … Parce que je pleure tellement (le vent dans les yeux) que je n’y vois plus … Merde, suis sur la mauvaise route. Ferai pas demi-tour !! Mais le petit chemin de terre là doit certainement me mener vers la bonne direction …

3cfe01efa302ab07424323f451d7a764.jpg

C’est super mignon tout plein d’adorables gens dans d’adorables jardins sur d’adorables vélos, et d’autres adorables « et cetera » … Je suis aux anges ! Et au milieu de nulle part : un temple ! Et un petit pont de bois pour passer au-dessus de la rivière ! Et d’autres petits ponts de bois ! Et des ponts Bailey !! Oui, je suis amoureux de ces ponts en acier, inventés pendant la deuxième guerre mondiale, (dé)montables par 6 hommes seulement et qu’on retrouve sur plein de chantiers et dans plein de pays sous développés (ou alors dans les musées). La première ville est toutefois décevante : je ne rejoins que le point de départ pour les touristes pour une excursion en bateau … Pas grave, y’a d’autres villages plus loin. Faut prendre une barge à présent parce que le bras à traverser est plus large. Je me rends compte que je ne vous ai même pas situé le lieu de cette aventure : je suis dans le delta du Mékong ! Rien que le nom me faisait rêver depuis plusieurs jours …

3440eff2dfcfd93565ae2eaad8ef9d29.jpg

Et plus je m’enfonce à travers le delta, moins il y a de monde, et plus c’est joli. Il y a toutes sortes de palmiers, de cocotiers, de bananiers et d’autres encore que je ne saurais vous citer (ouais, ma « culture » en biologie, c’est pas trop ça …). Et des fleurs partout ! Et des jeunes filles (en fleur ?) partout aussi ! Elles sont super élégantes toutes ces écolières à vélo. Si, si … une classe folle. C’est con, je crois pas que j’aie de photos … Faut dire, des écoles, il y en a partout … Les routes sont beaucoup plus étroites maintenant et il n’y a plus de voitures … Je crois que c’est mon plus beau jour depuis le départ ! Et une ruine d’une église catholique maintenant, des collèges aussi … On circule sur des digues. En contrebas, des champs de riz ou des rivières, des maisons en bois, des bateaux, des pêcheurs, des écoles, des arbres partout … C’est le paradis ici ou quoi ?? Et puis faut reprendre une barge pour traverser un autre bras (5 fois sur la journée). Et parfois un village un peu plus grand (près des ponts toujours) et alors plus de bateaux qu’ailleurs …

cb620b61db336ae39bf6ed3c4e30a0fb.jpg
Et puis il commence à faire sombre quand j’arrive à Can Tho … Au feu, un autre vietnamien qui veut faire causette. Et comme je suis aux anges, je participe. Faut dire qu’il gère plutôt bien l’anglais. Faut dire aussi qu’il est Canadien en voyage ici pour business (il me sort même son passeport pour me montrer qu’il ne raconte pas de sornettes). « Ce que je cherche ? Un bon hôtel où on parle anglais ». Suis même prêt à me faire un vrai hôtel plus cher … Et le gars de réfléchir, d’essayer de m’expliquer, de se rendre compte qu’il n’y arrivera pas et puis de me demander de le suivre. Il traverse la ville pour me montrer l’hôtel où il a logé la dernière fois. Et m’obtient même une ristourne … Pour l’anglais, ils repasseront, mais c’est vraiment grand luxe pour le même prix que ces baraques à backpackers. A part le lézard là. Celui qui grimpe au mur … Mais je m’en fous. Dans la salle de bain, je découvre mon visage noir de poussière et autres saletés rencontrées sur la route. Photo ! Et douche aussi … Je redescends prendre ma mobylette pour un tour en ville. Puisque je ne parviens pas à dépenser mon argent pour un bon hôtel, je me ferai un bon restau ! Et c’est parti pour un super menu vietnamien (ça change des boui-boui). Plein de plats absolument succulents mais difficiles à cerner. Et le meilleur riz jamais mangé que je devine au milieu de ce machin enroulé de pâte …

Et une glace au chocolat pour exagérer …

Et rentrer la mobylette dans la réception pour pas se la faire voler pendant la nuit.

Et aller dormir … Et sentir les coups de soleil dans la nuque et sur les bras. Et sentir son dos aussi …

Les commentaires sont fermés.