Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/12/2007

Etape 99 (01/12) – Croisière sur le Yang-Tse – Part IV

Ce sont les souris plutôt qui m’ont tenu éveillé, celles qui jouaient dans l’armoire là au bout du lit, celle recouverte ce matin par tous les objets qui étaient à ma portée de main hier soir et que j’ai lancés au fur et à mesure que les heures passaient. Soit. Aujourd’hui, c’est le barrage. On vient frapper à ma porte : « veuillez préparer vos valises, on arrive dans 15 minutes ». « Ah, non, moi je reste une nuit de plus » (c’était une option gratos. Toujours bon pour économiser une nuit d’hôtel). Chargement dans un bus et en route direction cette fameuse structure.

0811e3c4e9754bf68bbef2017d1610a7.jpg

Fait plein brouillard évidemment … On passe (et oui, on ne fait que passer) devant les 5 gigantesques doubles écluses : y’a que moi qui regarde … Et on finit sur un monticule en haut du barrage avec une vue imprenable sur … la brume. Ma meilleure photo est celle de la maquette présentée dans une salle d’exposition (qui ne présente d’ailleurs rien d’autre …). Re-bus, autre point de vue d’un peu plus près … Re-bus enfin et dernier point de vue d’en bas … Je cache pas que je suis assez déçu. C’est gigantesque, ça oui. Et puis, il y a la magie du barrage. Un pont c’est bien beau, mais ça ne fait que passer au-dessus de l’eau. Ici, la fonction est plus puissante : on retient l’eau, on détourne l’eau, on l’utilise, on joue avec, on la dompte …

b89f58e911a946ab0a52cfabb7560a37.jpg
Mais la visite est terminée, les autres continuent en bus jusqu’à la prochaine ville. Moi – et quelques chinois – on nous dépose quelque part le long d’une route au bord de l’eau. Consigne du guide anglophone : « reste avec les chinois » … Attendre le bateau qui, pendant ce temps, franchit le dénivelé. Un chinois un peu plus téméraire s’approche de moi et m’indique de le suivre : on va aller manger un bout. A l’arrivée, et conséquence directe de notre incompréhension mutuelle, je me retrouve dans les cuisines à montrer du doigt les ingrédients que j’aime bien … Quelques coups de baguette magique plus tard (je suis toujours aussi furieux contre ces anachroniques objets qui vont font engloutir des pâtes comme un vrai porc, la bouche au-dessus de l’assiette et le menton dégoulinant) et … « Pôôô », le bateau arrive : il faut se précipiter pour sauter dessus et poursuivre notre route. Et on franchit d’autres écluses encore ! Bon, allez, cette nuit devra être meilleure. D’abord préparer mon sac parce que demain je dois quitter le bateau pour 7 heures du mat’ …

 

Les commentaires sont fermés.