Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/12/2007

Etape 92 (24/11) – Xi’an - Chongqing

Je suis probablement réveillé par le bruit dans le couloir des gens déjà réveillés. Il fait jour. Je regarde par la fenêtre et vois les premiers paysages campagnards de Chine. C’est tout terreux sec. J’aperçois les premières rizières organisées en terrasses. Dans les quelques parois (très) verticales (ça sent le glissement de terrain facile ici), quelques trous d’entrées de galeries (mines ?). Je passe les 2 heures qui suivent le nez collé à la vitre à regarder les routes chinoises, les champs chinois, les gens chinois, les gens chinois qui s’accroupissent au bord des voies et se vident l’intestin, accroupis, pantalon aux chevilles et qui regardent passer le train (comme les vaches ?). Il y a des gares immenses ! Et le train qui ralentit … Evidemment c’est la cohue pour sortir, alors je décide d’attendre d’être le dernier. Pas tout-à-fait puisque les 2 écossais attendent aussi que ça se dégage … La gare est aussi dégueu qu’à Pékin. Je cherche (et trouve) la consigne. Que faire en premier ? Hotel ? Poste ? Agence de voyage pour organiser le prochain trajet ? Visite aux « Terra Cotta » ? La réponse viendra de la jeune fille qui m’accoste : tout en même temps ! Après avoir vérifié qu’il n’y avait pas d’arnaque, je me trouve dans une voiture avec chauffeur qui va me guider dans toutes les étapes de la journée jusque l’aéroport ce soir. Pendant ce temps, mon billet d’avion sera émis. Quelle efficacité (ok, moyennant un petit supplément, mais bien raisonnable) ! En route donc pour la poste où je me décharge de quelques souvenirs achetés pour les cadeaux de Noël des petit(e)s. C’est un peu cher, mais tant pis. De là, on passe à l’agence chercher le billet d’avion (avec belle réduction puisque acheté le jour du départ) et en route pour l’armée de terre (armée « en » terre, en fait. Et même armée « sous » terre …).

e611844d6ab6d76545ddffdb44688636.jpg

A l’arrivée, un parking géant. Ca sent « le » must chinois à visiter. C’est plein de cars partout (et c’est la basse saison …). Je me fais passer pour étudiant (à 33 ans !!) pour obtenir une réduction à l’entrée. Un avantage à ajouter à la liste de réductions offertes aux membres de la FABI … Ce sont d’immenses blockhaus en marbre qui couvrent les fouilles où ont été découvertes les fameuses statues. Un minuscule musée pour débuter. Il y a 3 endroits de fouille, mais le premier que je visite est fermé en raison de restauration en cours … Le deuxième (le plus grand) est un gigantesque espace de près de 200 mètres de long (couvert par une magnifique charpente, ce que peu de touristes apprécient sans doute), où seulement 20 % de la surface ont été excavés. Ca reste impressionnant tout de même … Mais qu’est-ce qui a pris cet empereur de vouloir se faire faire cette série de statues pour être enterrées avec lui ?! Les croyances font parfois faire aux gens des choses incompréhensibles … A tous les niveaux … A toutes les époques … La visite s’achève au troisième endroit, minuscule lui aussi …

5528b428f92b8ba1e3219693818ddf96.jpg

Honnêtement, je m’attendais à beaucoup plus. J’ai trouvé peu d’explications sur toutes ces statues (taille réelle et même un peu plus. Toute une armée en fait) en argile découvertes en 1974 par un fermier qui cherchait de l’eau en creusant un puits (mais qu’elle est belle cette histoire !).

a28e3e0d0128a2ac208ed9db84ea2ebc.jpg

On parle de milliers de personnages … potentiels ! Parce que là, ce sont plutôt quelques centaines que j’ai vu … Mais il y a quelque chose de magique à l’endroit. Est-ce la beauté des personnages ? Le fait qu’ils soient sous terre ? Le fait qu’ils soient répétés en longues colonnes ? Leur époque de fabrication ? Je sais pas … Il faudra que je me renseigne un peu plus en rentrant …

f055cb8159b840a102c89e1b7e74190d.jpg

 

Le parcours se prolonge ensuite dans une avenue de boutiques de souvenirs. Hé, hé, … Pas cons ces chinois ! J’ai 20 minutes d’avance sur notre rendez-vous et je vais chercher le chauffeur que je trouve au café : il joue aux cartes un jeu que je ne connais pas pour de l’argent (d’après nos charabias échangés juste après, je comprends qu’il a perdu). J’ai la réponse de Fabrice sur le GSM de ma jeune accompagnatrice : un chauffeur m’attendra à l’arrivée. Cool …

En route pour l’aéroport déjà. Je m’endors sur le trajet. Faut dire qu’il roule à du 80km/h sur autoroute et puis, le décor est assez banal … Je m’offre un buffet à volonté en attendant mon avion. Que des plats chinois, mais au moins je vois à l’avance ce que je mange (et même avec cette précaution, on a des surprises !). Ils n’ont que des baguettes en guise de couverts, mais j’ai toujours ma petite cuiller avec moi (même si en fin de compte, je ne l’utiliserai presque pas : faut croire que je m’habitue à ces 2 bouts de bois) !

Attente, fouille, embarquement, trajet, arrivée au dessus de Chongqing lumineuse : les gratte ciel sont éclairés par-dessus, ce qui permet d’apprécier de jolies figurines depuis le ciel … Le chauffeur est là avec son vieux carton « Actaris » (le nom de la boîte de Fabrice, peut-être le seul que ce pauvre gras puisse écrire à l’occidentale). Arrivée au compound (une douzaine de tours d’une douzaine d’étages autour d’une double piscine) protégé par une enceinte gardée (gardiens en uniforme !). Au dernier étage se trouve l’appartement de Fabrice … qui n’est pas là ! C’est Edith, la nounou de Diego (bientôt 2 ans), qui m’ouvre, m’accueille et m’installe. Je peux choisir parmi une immense collection de DVD le programme que je veux en attendant mes hôtes (Va pour le premier épisode de la série « Soprano » dont on avait discuté quelques jours auparavant). Ceux-ci arrivent en fin de soirée, absorbés qu’ils étaient dans leur … massage ! Aah la vie d’expat’ en Chine …

Après quelques discussions, nous partons en ville boire un (un seul ? Noon …) verre. Il y a là quelques boîtes bien sympathiques et remplies. Celle où Fabrice a rencontré son épouse (c’était la chanteuse star de l’endroit), une autre où la musique va bien fort, encore une autre, puis une dernière où plusieurs expats se donnent sur la piste. Les filles sont charmantes et ne sont pas celles que l’on paie pour passer un bon moment. Ca fait du bien après Pékin … Heureusement qu’il y a le drink d’adieu organisé demain et qu’il faut se limiter, sinon on serait encore parti pour une folle nuit … d’ivresse.

De retour à l’appartement, je finis mon épisode avant d’aller dormir dans … ma chambre (cet appartement (duplex en fait) est vraiment immense et bien aménagé. ‘l a du goût notre Fabrice).

Les commentaires sont fermés.