Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/12/2007

Etape 83 (15/11) – Vladivostok

Il est là à l’heure ce matin … Mais il veut passer à la poste aller checker ses mails … En vitesse parce que je voudrais aller dans une agence de voyage réserver un ticket de train et vérifier qu’on peut bien obtenir un visa pour la Chine en 1 jour … Les demoiselles sont charmantes, mais incompétentes … On se rend dans une autre agence située à 1 kilomètre de là. C’est ici que la voiture commence vraiment à me manquer … Il fait glacial, le vent souffle et ça grimpe. Et l’autre qui marche à une vitesse hallucinante …

 

La deuxième agence a l’air plus professionnelle (et immense : 30 personnes au moins). Mais ça risque d’être très juste pour obtenir un visa et un billet d’avion. Ok, va pour le Japon alors … Ah, la Chine est possible ? Ok, la Chine alors … Mais je peux pas vous laisser mon passeport. A partir de ce soir, je suis illégal en Russie !!

 

Retour au bureau des copains pour passer le temps. On bouffe des nouilles chinoises, allons inscrire notre nom sur la liste d’attente du bureau d’immigration dès l’ouverture, visiter l’université où Anton a des papiers à aller régler, repassons en fin d’après-midi à l’immigration trouver … une liste de 9 documents à préparer (ou photocopier). La course commence pour les obtenir tous. Ce sont surtout des photocopies que j’ai déjà, mais il faut une photo aussi. On en fait une en vitesse qu’on imprime au bureau d’en face. Courir à la banque payer une quittance (preuve de paiement uniquement faisable dans une seule banque située assez loin – c’est un autre pote qui passait justement par là (et qui a une voiture !) qui nous y emmène). Max a perdu les photos entretemps : c’est reparti pour un tour. On arrive tout juste pour déposer la pile de papiers 15 minutes avant la fermeture (on ne fait plus la file, on passe par une autre porte). Ouf … Ah ?! Problème ? Ce sont 3 exemplaires que vous voulez de ce papier ? Et il n’y en a que 2 ? Et la photocopieuse derrière vous ? Non ? Bon, on court refaire une copie … Cette fois c’est bon, la dame a l’air satisfaite (sans arrière pensée). Je peux enfin aller déposer mon passeport pour obtenir un visa chinois …

 

On repasse chez Cyril : sortie ce soir ? Ok, d’accord mais faudra venir me chercher à l’hôtel …

 

Max téléphone vers 20h00 : « on est en bas ». Allez, encore 2 nouvelles têtes (dont j’ai déjà oublié les noms) qui nous emmènent dans l’appartement d’un des deux pour … fumer des joints ! Putaaiin, ça risque d’être long cette soirée … Mais bon, je me souviens d’un vieux temps où il m’est arrivé de participer à ce genre de trucs donc … j’y vais de bon cœur (de toutes façons, qu’est-ce que je m’emmerde ici …). Après des journées passées à courir dans tous les sens, officiellement illégal dans quelques heures, me voilà à consommer de la drogue dans un appartement tout au bout de la Russie ! Pas comme ça que je voyais le voyage (pas comme ça que je l’ai commencé d’ailleurs), mais je ne veux pas offenser mes hôtes non plus … Après ça, on part faire un tour en ville en voiture. « On va où ? ». « Nulle part, on roule, c’est tout ». Et merde, mais qu’est-ce que je fous ici ? Je suis embarqué avec une bande de petites frappes à rouler comme des tarés dans la ville. Et vas-y que j’accélère, fais des dérapages, secoue mon volant dans tous les sens, etc. On repasse par tous les coins visités quelques jours plus tôt. Ce mec ne sait pas rouler : j’apprends qu’il a son permis depuis quelques mois. Mais il faut bien avouer que je n’ose pas leur dire que leurs conneries ne me font pas rire … J’ai promis une soirée avec Max, faut que je tienne le coup encore quelques heures au moins … Et ce gars qui va finir par me rendre malade s’il continue. Je lui dis qu’il ne sait pas conduire et lui demande de rouler normalement. Ca ne les amuse plus, on retourne au bureau de Cyril … Je m’endors dans le canapé tellement c’est passionnant (et aussi sans doute à cause de ce que j’ai fumé un peu plus tôt …). A mon réveil, je ne reconnais personne : Max est rentré chercher sa femme. En attendant, un anglophone se déclare mon guide et nous partons en boîte ! Il n’y a personne ici, c’est lugubre … Coca , clope, j’attends le retour de Max assis au bar. Il ne reviendra pas. Je vais un peu danser (tout seul ?) pour me donner une contenance, puis accompagne le premier qui s’en va …

 

Soirée surréaliste … Et tous ces efforts pour contenter le p’tit qui n’a même pas su nous rejoindre parce qu’il s’est endormi en rentrant chez lui (ou privé de sortie par sa femme ? Possible …).

 

Je m’écroule dans mon lit …

 

Les commentaires sont fermés.