Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/10/2007

Etape 66 (29/10) – Khabarovsk

921a523514760290c23617e9a83df0d3.jpg

Des jours que j’en rêve : arriver à Khabarovsk ! Allez, plus que quelques kilomètres (ouais, 150 tout de même ... Et c’est pas toujours de l’asphalte !). Sur tout une portion, c’est le feu qui lèche les talus (comme quoi, y’a pas qu’en Californie). Et du trop froid, c’est trop chaud qu’il fait quand je m’arrête pour prendre des photos !

6bce794f70c3cc710598903f4c027539.jpg
Mais la ville est là ! Il faut traverser l’Amour (jamais essayé ?) sur un ouvrage magnifique à 2 étages (les voitures roulent sur le tablier supérieur, les trains sur le tablier inférieur). Dommage que je ne puise pas m’arrêter : ils construisent un autre tout contre avec un lanceur (comme en Libye !). Visite dans un supermarché (où je trouve enfin un jerrycan pour remplacer les miens qui étaient troués (pas grave quand l’eau gèle, mais bon …)), puis à la visée du GPS, je trouve le centre ville. C’est toujours un exercice excitant d’avoir une carte de la ville et se retrouver dedans quand il n’y a pas de nom de rue. Faut se positionner d’après la forme des rues ou un bâtiment quelconque indiqué sur le plan. Et c’est ainsi que je trouve assez vite l’hôtel Tourist que j’avais sélectionné pour son agence de voyage … Les femmes (en uniforme) du guichet sont … pitoyables. Mais je trouve l’agence par moi-même cachée au bout ‘un couloir du premier étage. Do you speak english ? L’homme à qui je viens de poser la question me conduit chez … Julia ! Sans uniforme (presque sans rien à vrai dire), elle accroche directement à mon projet (heureusement qu’il y avait une carte du monde accrochée au mur pour faciliter l’explication). C’est décidé, elle va m’aider à vérifier que les ferrys pour Sakhaline et le Japon sont toujours en circulation. « Je vais m’inscrire à l’hôtel et je reviens ».

Retour chez les femmes en uniforme : ça leur va pas du tout que je loge ici. Mais elles ont une bonne raison cette fois : je devais me faire enregistrer dans les 3 jours de mon arrivée et j’avais décidé de passer outre. Ca leur semble horrible et j’ai l’air d’un extra-terrestre. Ce qui est marrant, c’est que j’ai beau rester devant le guichet à essayer de savoir ce qui va se passer, elles restent muettes et décident de m’ignorer … Surréaliste ! Un peu comme un francophone qui se retrouverait au guichet de la maison communale d’Overijse et qui parle en français avec un fonctionnaire qui essaye de ne pas l’écouter … Je remonte voir ma Julia. Elle est déjà au courant de la situation, me dit que j’ai de gros problèmes, mais qu’elle va essayer de me sauver de la (lourde) amende. Elle me dit que je ne dois pas m’en faire … Après une demi-heure d’incessants coups de fils : victoire ! J’évite l’amende, mais je ne peux pas rester dans cet hôtel. Elle m’en indique un autre … tout près de chez elle dit-elle en me montrant son adresse. Je sens son souffle dans mon cou et sa main touche la mienne (si j’écris ça, c’est pour vous captiver !). Ok, je m’y rends et promets de venir la voir avant la fermeture.

Je traverse la ville pour me trouver face à un immense hôtel où la réceptionniste me reconnaît et m’assure de suite que ma « registration » sera prête demain. Une douche plus tard (Whaa ! Qu’elle est bonne celle-là, chaude et tout …), je re-traverse la ville voir Julia. Elle me dit que tout est en ordre. Pour prolonger la conversation, je lui demande l’adresse d’un bon restau. Elle sait aussi bien que moi que je m’en fous, que c’est juste pour prolonger … Et elle cherche plusieurs endroits … Elle a l’air déçue. Je comprends quand je lui demande ce qu’elle fait le soir : elle a promis à son petit ami d’aller à un concert. J’ai aussi froid que les autres nuits tout-à-coup. Tant pis … Elle a l’air si enthousiaste que je l’emmène voir la voiture tout de même … Elle me regarde m’éloigner, attendrie …

Je rentre à l’hôtel (y’aura ben un restau là-bas), de toutes façons, j’ai mal à la tête. Puisqu’il n’y a que ça, ce sera japonais ce soir (waow, c’est cher) ! Puis aspirine et dodo.

Debout pour le breakfast (payant, malgré ce que m’affirme la gardienne d’étage), puis en avant pour aller lire mes mails. Je retourne dans ma chambre écrire quelques articles pour le blog quand le téléphone sonne ! C’est Julia qui me demande ce que je fais ce soir …

Je vous raconterai la suite plus tard …

Commentaires

La suiiiiiiiiteeeeeeeeeeee !???

Mouais... Les pistes, la neige, les gués, les glissades, les frontières, les vues du Def... On aime...

Mais il faut avouer que quand Julia téléphone... On retient tou(te)s notre souffle!

PS: je sais pas si c'est le grand angle de l'appareil photo de ton GSM qui fait ça... Mais on dirait qu'à rien manger tu as fondu. Non?

Écrit par : Nath | 05/11/2007

Les commentaires sont fermés.