Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/10/2007

Etape 62 (25/10) – Après Tchita - Mogocha

Cette fois la neige est là ! La piste devient toute blanche. Et les bouleaux sur le bord de la route … C’est magnifique ! A l’encre de Chine, ça ferait de merveilleux tableaux. Et cette interminable série de codes-barres formés par les troncs des arbres sans feuilles. Au soleil, ça me fait penser à ce tableau de Magritte (connais plus le nom) où il y a une maison, toutes pièces allumées, avec un réverbère allumé lui aussi et des arbres en contre-jour, le tout sous un ciel bleu (« Empire des Lumières » ??). Ici, les troncs sont tout éclairés par le projecteur soleil, et les fines branches se découpent, noir sur bleu ciel. Quel domaine pour du ski de fond !

9f47d1967a7cc43358c7c5454fbdf448.jpg
C’est magnifique, mais je dois bien avouer que c’est la route qui capte toute mon attention : c’est hyper glissant ! Si la neige a bien rempli les irrégularités de la route, avec le temps, elle en a plutôt épousé le relief. Il y a une scène ou tel un lièvre affamé, le monstre rugissant entre mes mains fonce et dépasse en un coup de vent ce camion tortue fatigué. Cette scène se passe respectivement à 30 et 15 km/h …

Sérieusement, c’est un miracle que je parvienne à maintenir une moyenne de 50 km/h sur la journée. C’est sûrement aussi un miracle que je ne sois pas sorti de la route quand j’ai tout-à-coup senti la voiture tourner sur elle-même et se mettre complètement en travers … Ne pas s’arrêter, repartir, ne pas y penser, continuer, … Peut-être un peu ralentir tout de même …

02e523985983eb45aef0a44d66f375e7.jpg
Je ne me suis pas arrêté de la journée. J’ai l’impression de faire une course contre le froid. Parfois il faut quitter la piste et emprunter un petit sentier de montagne. J’espère tout le temps que la neige va disparaître, et que l’asphalte sera dessous … L’espoir fait vivre … Le repos et le sac de couchage aussi.

Pas le temps de trouver un chouette endroit aujourd’hui. Je quitte la piste sur la gauche pour me trouver face au chemin de fer 80 m plus loin. Trop tard pour changer, il fait presque noir.

La tente montée, je reste quelques minutes de plus dans le froid pour appeler Fabrice et préparer le voyage en Chine. Le temps que je forme le numéro, il y a un train qui passe au moment où j’ai la communication, puis un autre 5 minutes plus tard … Le coin risque d’être bruyant ! Avec les camions et voitures qui passent au ralenti sur la piste plus loin …

Et puis j’ai jamais eu aussi froid. Une ou deux gorgées de vodka et je m’enfonce dans le sac de couchage. Mais il faut bien respirer, donc laisser une petite ouverture. Et là, c’est le froid qui s’engouffre … Je ne sens plus le bout de mon nez … Au matin, ce sera pareil : eau gelée, givre sur la couette posée par-dessus le sac et besoin de vachement de courage pour me rhabiller …

72e4f0a46bb0b94699aee29e8de2b308.jpg
Heureusement qu’il y a les DVD achetés à Oulan Bator …

Les commentaires sont fermés.