Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/10/2007

Etape 42 (05/10) – Oulan-Bator – Un peu après Darhan

Ai été dormir tard … Très tard. Et le petit déj’ n’est servi que jusque 09h30 (et je constate que je fonctionne encore avec un fuseau horaire vieux de 2 heures). J’aurai donc dormi quelques 4 heures … Je profite pleinement des œufs, raviolis et saucisses toutes prêtes  du buffet puis passe le reste de ma matinée devant l’ordinateur à uploader tous les articles. Voilà ce qui se passe quand on traîne : ça prend du temps. Et le check out est à midi. Même pas le temps d’envoyer un seul mail …

Re-petit tour en ville (mixte voiture/chaussures. Ils roulent comme des tapés ici. C’est littéralement pare-chocs contre pare-chocs). Passe par la poste acheter des timbres, passe par un temple mais c’est encore 10 $ pour un truc auquel je pige rien. Alors je regarde plutôt de l’extérieur comment ils sont construits. Je regarde aussi juste à côté comment ils construisent ces gratte-ciel (ouais, enfin, c’est pas la Tour du Midi non plus …) : il y a des troncs d’arbre partout (ils servent d’étançons entre les étages) ! Cette ville est vraiment sale et n’en vaut pas la peine …

Je fais le plein et démarre mon étape de transition … Il fait tout gris et caillant (je remets mon bonnet). Je trouve la route facilement (et c’est une route !), règle le péage et c’est parti. Je crois que ce sont les mêmes décors, mais je sais pas si c’est la météo ou le fait de ne plus être sur une piste : ça n’a plus la même « touch » … Je croise 2 paires de cyclistes qui s’en viennent de Russie (je devine), chargés comme des baudets dans ces longues montées. Ben ils sont courageux … Moi j’évite de justesse un cavalier aperçu depuis longtemps dans la plaine, se dirigeant tout droit vers la route et probablement sourd parce qu’il traverse la route au moment et à l’endroit ou je file. L’est con ou quoi celui-là ? Puis je fais la course avec le Trans-Mongolien qui longe la route. Je parviens tout juste à le rattraper quand un troupeau de vaches barre la route. Je le rattrape plus tard, mais cette fois c’est un péage à l’entrée de la ville qui me le fait perdre. Oui, mais lui aussi devra bien ralentir … J’espère arriver à la gare avant lui pour le voir de près. Coup de bol, c’est le long de la route. C’est vraiment impressionnant un train (C’est juste moi ou vous aussi ça vous fait quelque chose ?), surtout celui là ! C’est marrant, il n’y a pas de quai et les gens doivent traverser les voies et monter quelques marches pour grimper dans les wagons.

Je sors de la ville, me trouve un coin sympa et me hâte de monter le Maggiolina pour m’engouffrer dans mon sac de couchage bien chaud … d’où je vous écris !

Au programme ? Un épisode de « West Wing » bien sûr …

Bonne nuit les loulous.

Les commentaires sont fermés.