Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/10/2007

Etape 30 (23/09) – Rubstovsk – 100 km après Barnaul

Drôle de réveil dans ce terrain vague … Je m’en vais au plus vite d’ici (qu’est-ce que c’est bon d’être ivre pour une fois !) ! Je me sens d’humeur gaie aujourd’hui. Il fait caillant dehors. Le soleil est caché.

Barnaul est en vue. Je décide de m’y arrêter un peu … Vais faire un tour dans le centre commercial (objectifs Nikon pas chers du tout ici … j’hésite, mais me ravise) et descend au supermarché du rez-de-chaussée faire quelques courses de produits frais. Plus loin en ville, sur l’avenue principale (large et déserte), je trouve également une grande librairie où je m’achète un Atlas en russe. Passage à la poste (on est dimanche pourtant !), puis longue pose dans un café. Au menu, sorte de bouillon avec morceaux de bœuf et lardons et puis une espèce de truc blanchâtre, un peu sûr, qui se dissout pas vraiment qui est à mi chemin entre du fromage et … quelque chose d’autre … Café, cigarettes (ah oui, je dois changer de table pour fumer … à moins d’1 mètre de la précédente) et livre ensuite … Avec un temps sec et froid dehors, c’est parfait ! Le roman que je lis se passe dans un vieux manoir anglais et j’aime beaucoup. Ca me rappelle un peu les décors du Pays de Galles.

Mais il est temps de se remettre en route et je roule une bonne centaine de kilomètres parmi les forêts de bouleaux dont le blanc brille dans la lumière de fin d’après-midi ou de champs de blés tachetés par les ombres allongées des ballots de paille. Je me trouve un beau champ, bien à l’écart de la route et j’installe la voiture juste à côté d’un immense rouleau de paille. Il fait froid, mais je reste bien un quart d’heure au téléphone avec mes parents. On est tous contents de s’entendre (faut dire, je crois que ça faisait longtemps, et que je les ai un peu inquiétés avec l’histoire des policiers kazakhs postée (bloguée ?) quelques jours plus tôt) …

A ce propos, faut pas s’en faire quand je dis que j’ai des idées noires … D’abord j’en ai tous les jours, et donc je les ai bien apprivoisées, ensuite, c’est pas grave, enfin, je voudrais continuer à pouvoir l’écrire sans faire peur aux gens …

Allez, bonne nuit !

Les commentaires sont fermés.